21/08/2017

J'AI RETROUVE MARTIN

J’ai retrouvé Martin

 

En parcourant les œuvres de l’écrivain Octave Pirmez, on apprend que ce dernier avait apprivoisé un sanglier qu’il avait prénommé Martin.

« … Il bouleversait les vieilles souches, puis se précipitait, tout hérissé à travers les labours en décrivant de grands cercles, et revenait vers moi au son de ma corne. Il est vrai que j’avais pris une poignée de châtaignes et que de loin en loin, j’en laissais tomber sur mes traces. Mais sa gratitude s’exprimait avec de tels coups de boutoir que je faillis perdre l’équilibre. A l’aide d’une petite branche dont je frappais sur la hure, je lui apprenais le respect qu’il me doit, d’autant qu’il ne manquait jamais de prendre un bain dans les eaux les moins limpides, et tout aussitôt d’accourir vers moi… »

(Extrait de « Lettres à José » - œuvres posthumes – 1888).

 

A la mort du sanglier, Octave Pirmez fit empailler sa tête. Ce souvenir était exposé dans le hall d’entrée du château. Lors d’une visite organisée par le nouveau propriétaire, Tony Cammaert, j’ai très vite remarqué que la tête de Martin avait disparu.

Lors de l’inauguration de la stèle d’Octave Pirmez, le 1er mai 2013, je me suis permis de poser la question aux descendants de la famille Pirmez, présents ce jour. Je n’ai pas eu de réponse bien précise…

Et nous voici le dimanche de la Saint-Roch et Saint-Frégo 2017, dans la cour intérieure de la propriété. En attendant l’entrée des compagnies de marcheurs, mes yeux balaient les lieux et… miracle ! Devant moi, accrochée au mur, non loin de l’ancienne cuisine, la tête de Martin était réapparue ! J’ai ressenti un immense plaisir et un soulagement… Je pense que notre « solitaire d’Acoz » aura aussi apprécié.

Alain GUILLAUME – 21 août 2017.

Alin-Martin WEB.jpgEntrée cuisine WEB.jpg

Les commentaires sont fermés.